Appuyez sur Entrée pour voir vos résultats ou Echap pour annuler.

A propos de la vie Charistian Borstlap

À propos de la vie…

Christian Borstlap est un illustrateur, designer et directeur artistique néerlandais. En jetant un coup d’œil sur son site, vous pourrez prendre la mesure de toute sa folle créativité : https://www.partofabiggerplan.com    Quelle bonne idée de donner aussi de la place dans son travail, au livre jeunesse !
A thing called life,traduit par À propos de la vieparle de Cette chose qu’on appelle la vie. C’est-à-dire le mystère, l’émerveillement, nos perceptions, nos sensations…
Il n’est pas si facile de commencer un livre sur ce thème. Les uns se concentrent sur la vie humaine (la naissance), d’autres donnent des explications religieuses ou métaphysiques.

Ici, l’auteur aborde les choses de la vie sur un ton humoristique avec une entrée en matière qui va ainsi : « Il y a très longtemps, bien avant que de longs fils blancs se mettent à pousser sur nos oreilles… » Il fait allusion aux fils des écouteurs qui pendent de chaque côté de notre tête. Je me suis dit que la vie allait très vite car de moins en moins de fils dépassent de nos oreilles, mais des sortes de boucles d’oreilles qui nous donnent parfois un air absent. Bon, je m’éloigne…

Revenons au « magnifique hasard » ?, « coïncidence » ?, « big bang » ? qui met en route le processus de la vie. Du noir et blanc, naît la couleur.

Christian Borstlap n’explique pas la vie, mais raconte par des mots simples combien la richesse des concepts qu’elle porte, est importante. Et ce que nous savons de la vie, c’est au fond ce que chaque humain expérimente : mouvement, respiration, reproduction, émotions, justice ou injustice, force et fragilité… Et cela, depuis les débuts de la vie, c’est immuable ; tout comme « l’imprévisibilité » de la vie.

En soutenant son texte par des images symboliques, des formes organiques d’une grande variété de graphismes, de couleurs, de volumes, l’auteur nous permet de traverse la vie qui nous traverse au fil des pages. Et nous ne sommes jamais seul.es.

Il y a un âge vers 4, 5, 6 ans où ces questions nous assaillent. Je crois que de tels livres, où chacune et chacun peut se voir en miroir, viennent poser un baume apaisant sur nos questions. Et puis tous ces mots importants encore un peu abstraits pour des petits (injuste, imprévisible, invisible, vivants…) prennent doucement un sens avec l’album. Ils prennent un sens dans une dimension évidente : notre interdépendance.

Vous trouverez en 4ede couverture une note de l’éditrice Nadine Robert indiquant qu’il s’agit ici de son premier livre carboneutre. Ainsi, c’est 150 arbres qui ont été plantés grâce au soutien d’Arbre-Évolution afin de compenser le CO2 relâché par la production de ce titre. « Pour moi, il est essentiel de le faire, d’abord parce que je souhaite poser des gestes concrets pour protéger l’environnement, mais aussi parce qu’il est devenu assez simple et accessible de le faire. J’espère que ce geste encouragera les autres éditeurs à faire de même », nous explique Madame Robert. (Extrait de l’article de Josée-Anne Paradis, Les libraires, 21/10/2019)

Si j’avais des petits autour de moi, je crois que je leur lirais le texte en les laissant dessiner ce qu’ils imaginent à partir des mots. Car en dessinant, les enfants ont la capacité de jouer sur le sens propre et le sens figuré.
C’est aussi ce que fait Christian Bortslap.