Appuyez sur Entrée pour voir vos résultats ou Echap pour annuler.

Jouer dans les histoires

Hasard des publications (ou peut-être pas), toujours est-il que Marianne Dubuc et Mathieu Lavoie s’amusent ! Leur maison d’édition (re)publie une histoire écrite à quatre mains, Bonne nuit les cocos ! dans laquelle les deux créateurs jouent à construire les illustrations de leur album avec une histoire. De son côté, Marianne Dubuc propose avec Nina et Milo, un livre clairement intitulé livre-jeu.
Jouer, s’amuser, vagabonder du lit à la campagne ; ils aiment l’imprévisible et nous sommes reconnaissants de leur audace et de leur créativité. Bien sûr, ces deux livres sont publiés aux éditions album.

Commençons par Bonne nuit les cocos ! dans sa toute nouvelle édition (2013 chez Scholastics). Un papa sur la page de gauche, deux enfants dans un cadre dessiné, sur la page de droite. D’une page à l’autre, le frère et la sœur interpellent leur père qui oublie sans cesse quelque chose : les pyjamas, les doudous, les verres d’eau, etc., des choses concrètes.

Mais voilà qu’ils demandent aussi, le lit, le placard, et le monstre dans le placard. Il est vraiment très patient ce papa…Et très créatif !
L’illustration de la page de droite, celle où sont les enfants, se construit comme un jeu. C’est tout l’intérêt de l’album avec un joli clin d’œil aux histoires d’Anthony Browne telles qu’ Ourson et les chasseurs, ou Un conte de Petit Ours .

Ainsi les besoins des enfants et l’espace qu’ils habitent prennent corps par le dessin. Les choses existent à partir du moment où elles sont dessinées. La démarche de Mathieu Lavoie et Marianne Dubuc est véritablement artistique. Quel beau jeu entre réalité et fiction ! Le chat, lui, se promène entre les deux.
Évoquons pour terminer la notion du temps dans l’album. Les enfants de cette histoire comme tant d’autres de la vraie vie, étirent le moment du dodo…La nuit n’y résistera pas…
Très amusant dès deux ans.

Le public cible de Nina et Milo découvrira peut-être plus tard ces fameux Les livres dont vous êtes les héros. En attendant, ils auront entre les mains l’album idéal pour s’y entraîner puisque ce livre-jeu de Marianne Dubuc demande l’intervention du lecteur pour pouvoir avancer dans l’histoire.

L’histoire, c’est celle de deux amis qui ont le désir d’être ensemble : Nina qui « aime les pique-niques, les galettes de Mémé et passer du bon temps avec Milo » et Milo qui « aime aussi les pique-niques et les galettes de Mémé. Il a très hâte d’aller à la pêche avec Nina ».

Le sujet est un prétexte idéal pour l’autrice qui aime plonger son lecteur dans l’air frais de la campagne auprès de personnages animaliers. Elle aime aussi saupoudrer ses histoires d’un peu de poésie ou d’un élément qui rend l’histoire merveilleuse au sens d’un conte. Je repense à la petite feuille dans Ours et le murmure du vent qui sème l’histoire à sa façon de page en page. Marianne Dubuc doit être née sous un signe d’air puisqu’une fois encore, cela se passe… dans les airs. Milo s’envole « sans crier gare » ! D’après Mémé c’était « un coup de vent de type Z ».

Lorsque Nina part à la poursuite de Milo, elle fait face à de nombreux obstacles, grands et petits. Et nous lecteurs, nous devrons aussi choisir où poursuivre l’aventure en allant sur telle page ou une autre. Marianne Dubuc s’arrange pour que chaque fois les choses se croisent et permettent d’avancer le récit. Autour de Nina et Milo nous rencontrerons un scarabée, Madame Croquette, Monsieur Pointu, des oiseaux, un dragon, entre autres… Et le plus important, Arthur le papillon. C’est lui qui deviendra le véritable héros de cette histoire car vous le savez, un tout petit peut faire de grandes choses.

Au cours du voyage dans lequel Nina nous entraîne, nous courrons, nous volons, nous fuyons, nous tombons et sautons. Vous verrez, cela ne manque pas de rebondissements !

Comme souvent à la fin de l’aventure, on trouve du réconfort autour d’une table parce que les émotions, ça creuse. Et par la fenêtre, de la cuisine de Mémé, regardez bien, l’histoire se poursuit sans eux, mais Nina, Milo et leurs amis s’en fichent.
Les biscuits de Mémé sont vraiment délicieux !