De mots, de craie, de dessins et de paroles

Ça va blablater au Congrès de Mots et de Craie qui commencera jeudi matin à Sherbrooke ! Femmes et hommes, profs, bibliothécaires, animateurs, passionnés de littérature, accrochez-vous, vous ne saurez plus où donner de la tête entre les conférences, les blablas de couloirs, les retrouvailles, les achats, les repas d’auteurs, et mille idées qui vous étourdiront.
Tout cela pour travailler ensemble à améliorer notre vision éducative. Tout cela pour le bien-être des enfants. C’est formidable.
Pour une conférencière ou un conférencier, c’est très stimulant. Nous aurons un public motivé et curieux. Pour ma part, ce sera Riopelle l’artiste magicien qui portera mes propos dans lesquels je vise surtout à proposer que l’art tienne une plus grande place dans nos vies.

Rappelez-vous les premiers hommes, dans leurs grottes, à survivre et faire du feu pour éloigner les bêtes sauvages. Ils ont pourtant décider d' »écrire » leur histoire. À l’origine, écrire et dessiner c’est pareil. Ils ont  écrit des taureaux, des lions et des chevaux sur les parois, ils ont représenté ce qui les préoccupait ou les interrogeait.

N’est-ce pas ce que fait un enfant avant de savoir officiellement lire et écrire? Il « écrit » ce qu’il sait à l’intérieur de lui en traçant des lignes sur une feuille, en y ajoutant des couleurs. L’enfant est un artiste. Pourtant, cette part artistique, nous l’enfouissons en nous-mêmes jusqu’à l’effacer la plupart du temps, sauf certains qui continuent à communiquer leurs idées à travers leurs œuvres.

L’art tient une part importante dans l’humanité et nous faisons encore les ignorants. Pourtant, observer une œuvre est à la portée de tous. Et à travers ce que les artistes ont laissé, nous en apprenons sur nous-mêmes et notre histoire, nous comprenons que le monde réel n’est pas toujours le monde visible.
Un beau lien à faire avec les albums de littérature jeunesse, non?

Liste des livres exposés lors de l’atelier en plus de mes livres d’art

Et puis il y aura Marianne Dubuc, Êve Thaler, Olivier Tallec, Quentin Bréban et tant d’autres…

Voyage dans le Grand Nord

L’art et la littérature nous offrent des voyages inattendus, parfois risqués, mais souvent merveilleux. J’ai eu la chance de partir en voyage avec moi des enfants incroyables, aventureux, attentifs et talentueux. Ils avaient cinq ans, l’âge de l’étonnement et de la curiosité. Nous étions dans la classe et Riopelle nous proposait un voyage dans le Grand Nord.

Vous l’aurez compris, ce fut une exploration au coeur de l’univers de Jean Paul Riopelle et de son inspirante série des Icebergs. Pour rappel, voici l’Iceberg 3 (Galerie Simon Blais) représenté dans Riopelle l’artiste magicien (p.29).

À partir de cette oeuvre mais aussi de photos d’icebergs ou de la banquise, les enfants ont à leur tour peint leur iceberg. Les résultats sont si éblouissants que je ne peux m’empêcher de les partager. Ils ont saisi la notion d’espace, travaillé uniquement avec du noir et du blanc et sont allés jusqu’à raffiner leur représentation avec des filaments blancs, craquement des glaces qui s’entrechoquent.

Avant de tracer leur iceberg, nous avons réfléchi au point de vue. Le verra-t-on de haut, en vue aérienne, ou bien de face dans son gigantisme. Pas facile !  Jean Paul trompe un peu notre regard sur ces points de vue.
Puis il a fallu tracé la forme de cet iceberg avec un pinceau de peinture noire. Et laisser le blanc en « réserve » pour la glace. Tout cela était nouveau pour les enfants. Certains de leurs icebergs ressemblent à d’étranges grosses bêtes.

Quel cadeau quand on écrit des livres sur l’art de constater le prolongement qui peut en être fait. Car il ne s’agissait pas de « copier » Riopelle mais bien de s’en inspirer. À travers ce thème, c’est aussi toute l’approche sur le Grand Nord comprenant les modes de vie, la faune et l’art Inuit qui a été abordé.

Classes Maternelles Grandes Sections- CIMF 2018. VOIR TOUTES LES OEUVRES

Ah, les belles folies de Ponti!

Ah, les belles folies de Ponti!

De la vallée des Touim’s (Ma vallée, 1998) à la folle course en livre (La course en livre, 2017), Claude Ponti crée un univers unique, un peu fou pour certains, déconcertant pour d’autres, ludique sans aucun doute, fascinant pour les enfants et tous ceux qui ont la capacité d’être connecté l’enfant qu’ils ont été. Ou celui qu’ils auraient aimé être.
Oui, heureusement, dans le monde des livres jeunesse, il y a quelques fous de la trempe d’un Ponti et il n’y en a pas tant que cela, alors profitez-en! Et profitez de leur douce folie.

La prose poétique (et donc musicale) qui se mêle aux représentations fantastiques des histoires de Claude Ponti, tour à tour étonne ou amuse les enfants. Mais cet auteur a surtout le pouvoir de les toucher, droit au coeur. Sans doute par la libération d’un imaginaire sans limite accompagné du plaisir du délire.
Mais aussi et surtout, je crois, parce qu’il donne à ses petits héros  une force vitale proche de la survie. Ils portent en eux ce courage et une certaine « inconsciente » confiance dans leur fragilité, parce que Ponti leur permet de vivre des évènements incroyables, terribles et délicieux, tout cela à la fois. De la folie, jamais de mièvrerie. Dans une société qui a tendance à censurer, uniformiser, formater, ça fait vachement du bien!

Claude Ponti est  amoureux fou des enfants. On le sent à travers ce qu’il leur permet de vivre. Il les autorise à tout ou presque : partir, revenir, courir, affronter les dangers, chercher, rencontrer, s’étonner,  être astucieux, être amoureux. Il les autorise à la plus grande liberté qui soit. C’est pour cela qu’il ne faut jamais oublier de présenter ses livres aux enfants! N’en déplaise à certaines grandes personnes qui les trouvent  trop…compliqués ? (elles ne savent peut-être pas se laisser aller), durs? (ah oui? pourtant la vie même dans une cour de récréation n’est pas si facile),  effrayants ? (pas plus que le loup qui dévore le petit Chaperon Rouge). Ils oublient que les enfants trouvent dans cette douce folie de quoi rassasier leurs émotions, leurs fantasmes, leurs rêves, puisque tout est possible.

Avez-vous déjà observé un petit qui découvre un livre Claude Ponti? Il est littéralement hypnotisé et suit pas à pas les chemins empruntés par le héros. Quitte à se perdre avec lui, quitte à marcher sur des échelles imaginaires, quitte à ne pas tout comprendre. Mais c’est aussi cela, la lecture, n’est-ce pas ? Attendre que les choses aient du sens. Ne pas savoir où l’histoire nous mène. Deviner, anticiper ou se laisse surprendre.
Les héros ont une telle force qu’ils obligent Ponti à inventer des mots pour mieux préciser les choses, ils ont une telle force que dans leur monde, les champignons ou les pierres parlent. Et peu à peu, le texte se révèle grâce aux illustrations. C’est du boulot de lire du Ponti!!

Certes, le fil de ses histoires n’est pas toujours joyeux: pauvreté (Schmelélé), rejet (Okilélé), maltraitance (Mô-Namour), fin du monde (Bih-Bih et le Gouffron-Bouffron),…Pourtant jamais de pathos ni de lourdeur de sentiments. Il laisse ses personnages aller jusqu’au bout de leurs aventures et de leurs moyens pour mieux rebondir, et mieux revenir, car on en revient toujours. Il est là, le message important, si message il y a. Ponti imagine des héros capables  d’explorer  seuls leurs démons, de prendre des risques et de s’en sortir admirablement. Il y a toujours une solution, réelle ou magique.

Les illustrations de Claude Ponti prennent parfois des formes inattendues, imprévisibles, angoissantes ou accueillantes selon le moment de l’histoire. Elles jouent évidemment un rôle très important. Elles expriment la forme que prend la vie autour de nous selon nos émotions. Un peu comme Anthony Browne qui va jouer sur une transformation surréaliste du décor, Claude Ponti propose un univers en métamorphose constante qui permet aux personnages de trouver des portes ou des passages pour fuir ou se cacher. Du coup, tout peut prendre vie car tout est nécessaire. Et l’imagination est sans limite. Observez, dans L’avie d’Isée, la beauté du voyage dans des architectures éblouissantes !

Il y aurait tellement à dire. J’en perds la notion du temps. Un article de blogue se doit d’être court. Mais un mot encore, concernant son dernier album, La course en livre, joli prétexte pour revenir sur l’ensemble de son travail. Je me suis demandé comment il en était arrivé là, Claude Ponti, à faire une course en livre, au bout d’une centaine de livres. La réponse logique serait tout simplement « pour se marrer dans un livre ». Mais j’y  décèle aussi l’admiration de l’auteur envers les enfants qui plongent dans la lecture, s’y délectent ou s’y perdent. C’est sacrément complexe de lire ! Décoder, comprendre, articuler, revenir en arrière pour se rappeler des trucs de l’histoire ou revoir des choses qui nous avaient échappé, avoir envie de fermer et recommencer. Ou s’autoriser à ne regarder que les illustrations. Quelle excitation pour le cerveau! Quelle espace de liberté incroyable. Claude Ponti, c’est ça son secret. Donner envie de lire parce qu’on relit. Oser partir à l’aventure et se rencontrer nous-mêmes pour mieux revenir. Et puis, que craindre dans un livre ? Dans La course en livre p.54, on peut lire: « impossible d’être prisonnier d’un livre, on sort quand on veut. C’est Blaise le poussin masqué qui le dit, donc c’est vrai. »

Bibliographie totale sur le site de l’éditeur

Acheter La course en livre

Je garde un faible avec Ma Vallée, belle entrée en matière dans le monde de Claude Ponti. Mes coups de coeur vont aussi vers Schmélélé, Okilélé, L’Avie D’Isée, L’arbre sans fin, Le Non ou Dans rien (Tromboline et Foulbazar), Blaise et le château d’Anne Hiversère...en fait j’ai du mal à m’arrêter.

Prochain article:  Histoires d’amis de Grégoire Solotareff

Splatch bloub et zim bam boum hello bonjour

 

Splatch bloub et zim bam boum hello bonjour !

Tout juste revenue d’une tournée américaine dans les écoles d’immersion publiques (on dit plutôt Dual Language Programm), je confirme l’importance d’avoir  de bons livres de littérature jeunesse en classe. Évidence pas évidente pour les enseignants formidables de ces écoles qui se battent pour avoir du matériel de qualité. C’est pourtant une grande nécessité, pour les enfants qui entrent en contact avec une nouvelle langue, d’avoir accès à des textes littéraires. Musique du langage, livres venus d’ailleurs, valeurs parfois  bousculées…c’est aussi cela, apprendre une autre langue.

Pourtant ce que l’on trouve essentiellement dans les classes, ce sont des livres « nivelés ».  Mais enfin d’où vient cette manie de faire découvrir une langue à travers des histoires insipides totalement intéressantes et sans suspense ?
Taillés dans un cadre étroit ne proposant aucune richesse de contenu, aucun lien texte image intéressant, aucune musique amusante aux oreilles des jeunes apprentis de la lecture, ces livres sont d’une platitude époustouflante. Croit-on vraiment, parce qu’il est inscrit niveau 1,2 ou 3, que cela signifie vraiment quelque chose? Confond-t-on littérature et mathématiques? Note-t-on uniquement la capacité d’un élève à lire dans le décodage sans  noter  la compréhension ? Mais alors, que veut dire LIRE, même en seconde langue?
Éditeurs de livres nivelés, prenez-vous les enfants pour des imbéciles ?

Si les enseignants que j’ai rencontrés utilisent ces livres (car souvent reliés à des manuels scolaires), c’est parce qu’ils n’ont pas beaucoup d’autres choix. Ça ne coûte pas cher et ça arrive en séries. Mes rencontres visaient à faire en sorte que peu à peu, l’on introduise la « vraie » littérature, celle où l’on tient le lecteur en alerte, où l’on se délecte de ne pas encore connaitre la fin, où l’illustration nous apporte des indices de compréhension, et plus encore. Pourquoi les enfants des classes d’immersion n’y auraient pas droit, eux aussi ?

Ce qui me frappe est la pauvreté des idées et du vocabulaire dans les livres nivelés, sous prétexte que les élèves apprennent une 2e langue. Mais la motivation à apprendre une 2e langue devrait être au contraire entretenue par l’intérêt des histoires et des textes qu’elle transmet. Or souvent, les élèves restent aux approches d’un vocabulaire utilitaire (et nécessaire bien sûr), celui de l’oral. Leur contact avec le langage de l’écrit, celui qui leur permettra de développer leurs images mentales, reste trop rare. Car il s’agit bien de cela. Inviter les enfants à peu à peu découvrir et apprécier de nouvelles sonorités, de nouveaux rythmes dans l’expression, avant même de découvrir de nouvelles façon de penser.

Au-delà, il y a aussi la découverte culturelle qui est passionnante. Car enfin, on ne se le cachera pas, les littératures sont différentes d’une culture à l’autre. Les valeurs, la présentation des idées, la communication entre les personnages,  la façon d’embarquer le lecteur dans l’histoire, tout cela amène à comprendre que l’apprentissage d’une langue est aussi l’accès à une  nouvelle culture. Et oui, il y a des histoires bizarres pour les uns, communes pour les autres. Oui les débuts du monde sont parfois représentés par la science, d’autres fois par la Bible, d’autres fois encore par l’intervention d’un oiseau magique. L’important est la confrontation des points de vue. Ne pas exclure ce qui ne correspond pas vraiment à nos valeurs est aussi un défi lorsque l’on utilise une littérature jeunesse venant du pays de la langue que l’on apprend.

Pour aider ces enseignants, j’ai concocté une bibliographie que vous trouverez dans ma bibliothèque « spéciale immersion ». Avec notamment une liste d’albums où les sons sont importants: ludiques, répétitifs, rythmés, ils offriront aux lecteurs beaucoup de plaisir dans la découverte du français.  Le plaisir…tout est là.

 

 

 …………….PROCHAIN ARTICLE À SUIVRE « Fous de Ponti »