Appuyez sur Entrée pour voir vos résultats ou Echap pour annuler.

Le Royaume de rien du tout

Le royaume de RIEN DU TOUT, publié aux éditions Comme des géants, n’est pas vraiment un conte de fées comme le mot « royaume » pourrait le laisser entendre, mais plutôt une fable. Sans fées ni sorcières, la magie opère dans un monde où il ne se passe rien du tout. J’entends par là que les personnages de l’histoire, une Reine, un Roi, une Princesse et un Prince, ne partent pas dans une chevauchée extraordinaire ou ne subissent pas le mauvaise sort d’un mauvais génie.  Non, leurs vies sont remplies de ces petits riens qui font leur bonheur.

Avec leurs petits airs joyeux et naïfs dessinés en quelques traits sur leurs silhouettes orange, ils se meuvent dans l’espace bleu de leur royaume. J’ai pensé au poème d’Éluard « La terre est bleue comme une orange ».
Le minimalisme de Dylan Hewitt qui accompagne les phrases non moins minimalistes de Ronald Wohlman , sert bien sûr l’idée du rien. Mais le rien est-il le vide ? Certes non, puisque leurs vies sont remplies de joies simples, de sourires, d’admiration, de partages. Le dépouillement total leur offre du temps, celui des câlins et des bisous. Le temps et l’art d’être ensemble.

L’auteur garde le meilleur pour la fin. Car enfin, me direz-vous, c’est bien beau de vivre dans rien, avec rien, mais de quoi nourrit-on nos têtes ? Hé bien, d’histoires ! Celles que l’on devine du monde extérieur, celles que l’on invente en s’inspirant des étoiles. « Et ça, crois-moi, il n’y a RIEN de mieux au monde! »
La narration suit les personnages au sens propre et figuré, dessinant parfois de jolis calligrammes à leurs côtés. Le lecteur y est souvent interpelé,  tel ce moment où sont évoquées les belles soirées au clair de lune que, de toute évidence, tu ne peux pas voir maintenant.

Dépassée la première lecture qui sera très amusante pour les petits, cet album a l’esprit de la fable philosophique et peut ainsi s’adresser à des plus grands : c’est une réflexion sur la nécessité de nos besoins humains, c’est à dire l’amour, la communication par les histoires (donc le langage et le partage). Mais aussi notre capacité à apprécier ce que nous avons, à savoir s’émerveiller la beauté du monde. Tous acquiescèrent en regardant la voûte céleste : C’était quelque chose d’absolument splendide.
À eux quatre,  ils sont les plantes et les rochers, serrés les uns contre les autres.
Sur la question du RIEN, il y a beaucoup à penser, l’air de rien.  Rien, c’est l’air que l’on remplit de ce que nous sommes. Rien, c’est une place à prendre et parfois celle d’un être invisible (comme la maman de  Lila dans l’album de Kitty Crowther, Moi et Rien). Rien, c’est peut-être la chance de nous connecter à nous-mêmes. C’est QUELQUE CHOSE,  et loin d’être le vide.

En un dernier clin d’oeil, j’avais très envie de faire un lien avec « Ces petits riens » , délicate chanson de Serge Gainsbourg Ici reprise par Stacey Kent

Le royaume de RIEN DU TOUT