Appuyez sur Entrée pour voir vos résultats ou Echap pour annuler.

Chaud, chaud Benjamin

Réussite totale et réjouissante pour Le très grand Marsu de Benjamin Chaud aux éditions Little Urban. Pourquoi ? Parce que l’éléphant de la page couverture est irrésistible. Parce que le lecteur entre dès la première double page de l’album, par ce cri : « HOUBALALA ! Un monstre est arrivé dans la jungle ». Et il suffit de cette grandiloquente entrée en matière pour que les enfants plongent dans la farce à fond. Quant à l’adulte, ô combien s’amuse-t-il déjà de voir son propre petit Marsu se régaler de l’aventure. 

Les albums de Benjamin Chaud, on les reconnait bien vite, avec ses personnages aux yeux ultra mobiles qui ont la bougeotte, truculents et d’humeur joyeuse. Leurs aventures folles se déploient comme un jeu d’enfant avec une inventivité absurde, du caractère et de la vitesse !
Les histoires des Petits Marsus (voir la série) sont des rigolades, des sourires, des extravagances, des douces folies. 

J’espère que l’auteur ne m’en voudra pas de noter qu’il porte, selon moi, l’héritage direct de quelques géants de la littérature jeunesse : Claude Ponti, par cette même capacité de créer des histoires à hauteur d’enfant et par l’invitation au lecteur à se laisser aller dans l’absurde (qui ne l’est pas tant finalement); Gilles Bachelet dans l’usage qu’il fait de personnages animaliers ayant tendance à se prendre pour d’autres et génèrent ainsi des situations comiques (attitudes, langage corporel décalé). Ajoutez le clin d’œil évident de Benjamin Chaud au célèbre Marsupilami, animal imaginaire créé par André Franquin en 1952 dans la série Spirou et Fantasio. Non, ce n’est pas un hasard. Les Petits Marsu, pour celles et ceux qui ne les connaissent pas encore, se nomment d’ailleurs Pi, La et Mi. 

Et voilà, l’univers de Benjamin Chaud émerge, avec ses codes réinventés, sa folie qui n’appartient qu’à lui et que l’on sent dans les traits, les mouvements, les attitudes de ses personnages rigolos. On rit de voir ce monstre, le très grand Marsu prendre son bain dans si peu d’eau qu’il en esquisse un malhabile pas de danse. On rit encore dans la séance intense de chatouille imposée pour lui redonner le sourire.

La grand force de l’album, c’est le lien entre un texte très court et des illustrations qui racontent et interprètent les choses de façon décalée. Les illustrations offrent en plus aux enfants un véritable voyage : explorer la jungle, découvrir sa végétation aux fleurs colorées, ses animaux, ses perroquets, suivre les petits Marsus et rire du monstre qui est bien trop gros pour tenir dans la page.


Et toujours dans ce jeu entre le texte et les illustrations, comme il est réjouissant pour le lecteur de comprendre les choses en regardant les images dans leur globalité alors que les petits Marsus, tout petits, cherchent encore le monstre et semblent perdus entre ses grosses pattes. Oui, le lecteur a donc un pas d’avance sur les petits Marsus. De quoi lui donner confiance pour se mettre à lire tout seul !
Par exemple, il sait (parce qu’il le voit) que non, il ne pleut pas dans la jungle. Ce sont les larmes de l’éléphant. 
Il sait  que ce ne sont pas des troncs d’arbre mais les jambes de l’éléphant.
Il sait que les petits Marsus ne volent pas. C’est l’éléphant qui les soulève avec sa trompe. Une implication motivante pour se mettre à relire seul l’album.

Quelle rigolade, vraiment ! Et quand bascule l’histoire, quand les petits Marsus savent désormais qui est leur nouvel ami (cet éléphant seul et tristounet), on tombe dans la complicité, la tendresse, le jeu, mais jamais dans la mièvrerie. Adopté par sa nouvelle famille, celui qui désormais est appelé Le très grand Marsu offrira à la famille un nid douillet et très pratique pour se balader dans la jungle.

Le très grand Marsu, c’est la joie de vivre incarnée !

Découvrir Benjamain Chaud chez Little Urban
Little Urban propose des coloriages dans la jungle de Palombie et des ateliers créatifs. J’y ai retrouvé Pokko et le tambour (voir mon article sur l’album) !
Et enfin, découvrir le site de l’éditeur Little Urban