Appuyez sur Entrée pour voir vos résultats ou Echap pour annuler.

Le secret d’Alfred

Chères lectrices et chers lecteurs, j’ai le plaisir de vous faire découvrir le monde d’Alfred Pellan avec mon dernier album intitulé Le secret d’Alfred, publié chez EDITO jeunesse (en librairie dès le 21 septembre 2022). Artiste trop méconnu et pourtant maillon indispensable de l’art québécois et canadien, l’univers ludique, poétique et coloré de Pellan est toujours en mouvement. D’ailleurs, lui-même ne disait-il pas : « un art immobile est un art malade ».

Né en 1906, son talent se révèle très jeune. Il est vraiment l’un des artistes les plus doués de sa génération et part, comme beaucoup, vers la ville lumière où il restera jusqu’en 1940 (grâce à une bourse du Canada). Là, dans cette période effervescente de l’avant guerre, il fréquente Picasso (le prestidigitateur comme il l’appelle), Max Ernst, Miro, Léger, Delaunay et découvrira le mouvement surréaliste avec André Breton. Il se gave véritablement d’influences et assimile ces différents courants. Tout un défi pour un jeune peintre, mais une aventure passionnante quand on pense qu’il expose avec ces artistes déjà connus.

Lorsque la guerre éclate, il rentre au Québec, rapportant quelques 400 toiles et dessins. Mais surtout, il apporte le manifeste du surréalisme qu’il fait découvrir à Borduas. Ce point est essentiel puisque le mouvement automatiste naîtra de cette rencontre avec le surréalisme. Alfred Pellan restera pourtant en dehors de tout mouvement et ne signera pas le Refus Global publié en 1948, ne voulant aucune contrainte idéologique.

(Sioux, 1975, sérigraphie, MNBAQc)

Du surréalisme, il gardera la poésie, l’humour, le jeu et une grande liberté dans la création. C’est cette liberté qui s’offre à nous aujourd’hui avec cet artiste protéiforme qui créa des murales, des objets, du modelage, des collages, des costumes de théâtre, des illustrations… La création est sa vie. Sa maison n’était que trouvailles créatives puisqu’il la décora de multitudes de petites bestioles.

C’est cette dimension que j’ai voulu présenter aux enfants dans Le secret d’Alfred. L’album montre ses petites folies de la création, ses gestes, son rapport fantasmé à la nature, son immense diversité. Il dévoile aussi un grand secret… Le texte s’adresse directement aux enfants et relie les œuvres entre elles comme une balade spontanée dans l’atelier de l’artiste.
Son œuvre peut être à la fois naïve, humoristique, poétique, figurative mais pourtant non réaliste, de quoi nous questionner et questionner les petits. D’ailleurs qu’est-ce qui existe vraiment ? C’est une question centrale du livre.

J’espère que vous l’aimerez et que les œuvres d’Alfred entameront un joyeux dialogue avec vous. Bonne lecture.

Pour mes amies et amis du monde de l’enseignement, voici un document créé tout spécialement pour vous, qui pourra vous accompagner dans la découverte de l’album avec vos élèves.