Oh oh oh, les beaux cadeaux hors Québec !

Peut-être ne l’avez-vous jamais vu car il se lève dès potron-minet quand vous dormez encore… Ainsi commence ce bel et délicat album d’Anne Herbauts, Matin Minet.  « Potron-minet », cela veut dire le petit matin, l’aube, le Point du jour. Ce sera la quête poétique de Matin Minet à travers la nature, la douceur de la découverte, la curiosité ouverte sur ce que chacun propose. Pour l’ours, le Point du jour est une goutte de miel. Pour l’araignée, un point, même si elle file et ne brode pas. Pour un petit roitelet moqueur, Le soleil ne se couche jamais, il s’en va. De l’autre côté du monde. Et le Point du jour, c’est sa promesse qu’il revient toujours. Son point d’honneur. Sa parole.
Ah, la belle intimité tissée avec la nature et les sensations de ce qui nous entoure ! C’est aussi ce qui définit l’art d’Anne Herbauts avec ses illustrations d’encres, de gouaches et de collages. Lire un extrait

Bien que je sois nulle en dessin, je m’exerce avec un neveu à dessiner l’arbre de Noël. Il râle et décide que « c’est raté ».  Si vous aussi, vous connaissez des enfants qui perdent vite confiance en leur talent, alors lisez-leur Le livre des erreurs, de Corinna Luyken. Ce livre réparateur  montre le début d’un dessin manqué avec un œil mal fait, trop grand. Tiens, on le cache en ajoutant des lunettes. Quelle bonne idée ! Mais voilà qu’en voulant dessiner le corps, le coude est aussi manqué, bien trop pointu…
À chaque erreur, une idée astucieuse pour la rattraper et surtout la transformer. De fil en aiguille se crée ainsi une histoire insolite et inattendue, sans véritable fin.
Une erreur, ce n’est pas la fin du monde. C’est plutôt le début de tout.
Lire un extrait

Évoquant le dessin, impossible de passer à côté du deuxième album de Timothée Le Véel, Le lièvre et les lapins,  qui confirme son talent et son magnifique coup de crayon ! Grâce à ses cadrages, à la dynamique du mouvement, à l’expressivité des formes, il capte l’attention du lecteur dans l’action et l’originalité du rythme de son récit. En donnant une telle grandeur aux lapins et aux lièvres, à travers cette histoire de solidarité et de différences, le loup n’a qu’à bien se tenir.

Enfin, j’ai bondi de joie à la parution des deux nouveaux « Quichon » d’Anaïs Vaugelade. Je savais que je les aimerais avant même de les lire tant j’adore les premiers albums de cette série (avec un petit faible pour L’animal domestique d’Hermès Quichon). Alors si vous ne connaissez pas encore cette famille, vite précipitez-vous. Chaque livre est le portrait d’un enfant Quichon. Et il y en a soixante-treize. Des années de bonheur en perspective !

Avec ces deux nouveaux albums, Le premier frère de Mimi Quichon, et La recette de Sacha Quichon, Anaïs Vaugelade retrouve sa verve tendre et rigolote, son sens du détail qui transforme la réalité en une aventure fantastique et ce brin d’ironie qu’on lui connaît bien. Les petits Quichon sont peut-être l’équivalent des poussins de Claude Ponti… Ils ont cet appétit de vie, cet enthousiasme jamais gâché par les plus rabat-joie, cette innocence qui permet tout. Quant à leurs parents aux regards attentifs et compréhensifs, patients et admiratifs de leur progéniture, on les veut comme parents !
J’avoue mon admiration pour tant de choses racontées en si peu de pages. Génial.

Alors, dès potron-minet, plongez dans ces lectures poétiques, tendres et drôles.
Matin Minet d’Anne Herbauts, éditions Pastel
Le livre des erreurs, de Corinna Luyken, éditions Kaléidoscope
Le lièvre et les lapins, de Timothée Le Véel, éditions Kaléidoscope
Le premier frère de Mimi Quichon, et La recette de Sacha Quichon, d’Anaïs Vaugelade, éditions l’école des loisirs

Onze Matous dans un sac ou le bonheur de prendre des risques

Le nom de Noboru Baba vous dit quelque chose ?
Sans doute pas…C’est la raison d’être des éditions Le Lièvre de Mars qui mettent un point d’honneur à vous faire découvrir des créateurs ou créatrices oublié.e.s, ou mal connu.e.s, dont les œuvres ont pourtant une valeur indiscutable. En termes de récit, en termes de contenu, en termes de graphisme. Cela tombe bien, nous sommes dans les années merveilleuses de l’album et tous les styles coexistent. Du travail exécuté à l’ordinateur en passant par la gravure, le collage, le monotype, la gouache, l’acrylique, l’huile, le crayon de couleur, le fusain…que sais-je encore, les albums jeunesse fournissent aux enfants une approche artistique sans cesse renouvelée.

Pour remettre au goût du jour des livres qui ont  plus de 40 ou 50 ans, Le lièvre de Mars fait un travail soigné et remanie quand nécessaire la vision graphique ou quelques éléments du texte (avec une belle conscience dans la traduction), sans jamais trahir l’original. Avec un choix d’oeuvres de tous les horizons, l’éditrice Nadine Robert propose des livres ouvrant les enfants au monde. L’un peut être d’origine russe, l’autre scandinave, japonais… Une quête magnifique qui nous rend curieux.
Mais revenons à celui qui nous intéresse plus particulièrement aujourd’hui, Onze Matous dans un sac.

Noboru Baba (1927–2001) a vécu à Tokyo et a été un mangaka très connu. Il s’est mis aux albums jeunesse en 1964. En réalité Onze Matous dans un sac était le 4e opus d’une série qui « constitue un joyau de la littérature jeunesse, une œuvre qu’il importe de faire découvrir à de nombreux lecteurs ». Noboru a connu un succès considérable.

Ce qui frappe en premier, c’est l’aspect rigolo des matous, une petite insolence à peine esquissée par un trait fin contournant des volumes en aplat. L’autre aspect marquant, ce sont les couleurs vives et franches qui appuient le dynamisme du récit.

L’humour intervient dès les premières pages où l’on voit défiler à la queue leu-leu les onze matous, chat tigré en tête (le chef). Ils arrivent devant un panneau « Défense de cueillir les fleurs ». Mais comment résister quand on mord la vie à pleines dents et que l’on est curieux ? On tourne la page et les voilà tous au milieu des fleurs.
C’est la joie qui parle, le bonheur partagé. Il en sera ainsi à chaque étape où l’interdiction induira des situations dans lesquelles le petit lecteur pourra légèrement s’inquiéter mais jubilera de voir les matous transgresser l’interdit. Car entendez-moi bien. Si j’aime ce livre c’est vraiment pour cela. Le bonheur, pour un enfant, en quelques secondes, de transgresser l’interdit et de prendre des risques.
Et le risque, les matous le prendront même quand, profitant de leur naïveté, quelqu’un leur jouera un vilain tour. Un vilain monstre qui leur tendra un piège dont ils se sortiront par leur intelligence en retournant la situation.
«On a réussi ! On a réussi !»
«Quand nous sommes tous ensemble, rien ne peut nous faire peur.»

Pour terminer, j’ajouterai que le rythme du texte est vraiment intéressant. À un autre niveau, il contient aussi la découverte du plaisir de lire, celui du lecteur débutant qui bute sur les mots à prononcer, puis redit la phrase d’une seule traite quand il en a compris le sens. Et les onze matous nous prouvent que ce n’est pas parce qu’on est capable de lire qu’on obéit forcément !

C’est soigné, touchant, l’illustration ajoute des touches d’humour adorables. L’art graphique est poussé jusque dans le titre écrit dans un style « chat » avec des oreilles, un museau…Quant à la dernière page, elle montre sur une carte le trajet des onze matous.

Vers où iront-ils désormais ? À nous de l’imaginer peut-être.

Moucheron, la petite collection qui grimpe qui grimpe…

Bzzz Bzzz Bzzz… Voici l’arrivée d’une collection utile, qui permettra aux enfants de jongler entre l’album et le roman avec bonheur et légèreté. Moucheron, telle est son nom, sera désormais la petite sœur de Mouche. Le joli bourdonnement que voilà !
C’est un sujet dont je parle depuis longtemps: le souci de passer tranquillement de l’album au roman. C’est à dire de la capacité de se faire raconter des histoires (ou les raconter soi-même à l’aide des images quand on ne lit pas encore) à la lecture autonome. Et pour cela il faut peu à peu développer le lien des mots à des images mentales puisque peu à peu l’illustration fera de rares apparitions. Moucheron a donc la vocation d’opérer cette transition en douceur.

On ne s’étonnera donc pas que le choix soit allé vers une auteure qui publie  des albums et des romans. Une auteure qui traite l’un et l’autre de la même façon dans l’esprit, l’humour, la tendresse. Catharina Valckx, avec MANU ET NONO, le dernier gâteau donne autant de place au texte (écrit assez gros) qu’à l’illustration. Cette dernière est fidèle à son travail, peut-être plus évidente dans le rôle qu’elle offre à la compréhension de l’histoire puisque ses plans sont très rapprochés et plongent le lecteur débutant au coeur de l’action. L’auteure garde aussi le même type de personnages, ici des oiseaux dont les petites pattes, les ailes et les yeux expriment parfaitement les émotions.
Enfin, comme dans ses albums, la notion de l’espace est clairement définie et ne perd pas le lecteur. Quant à l’histoire elle-même ? Une histoire d’amitié subtile comme le sont toutes les histoires de Catharina Valckx, avec un peu de mensonge de l’un, une petite fâcherie de l’autre, mais surtout l’envie de se réconcilier pour continuer à rigoler ensemble. De l’anecdotique qui devient grande aventure.

Avec Truc de fille ou de garçon?autre nouveauté de la collection Moucheron, on assiste à un dialogue entre Aponi et Balthazar, deux personnages imaginaires qui, en se promenant, se heurtent aux préjugés entre filles et garçons.  La  mise en page intéressante utilise différents types de typos pour traduire les éléments du texte: écriture cursive, scripte et dessins sont mis sur le même plan. D’ailleurs quelques dessins remplacent parfois des mots. Clémentine de Pontavice joue du crayon par les mots et le dessin.
Si le rythme sautillant de page en page est certes séduisant, la lecture est peut-être moins claire pour les tout jeunes, un peu moins ancrée dans les personnages peut-être, mais le propos est nécessaire. Un livre donc bien utile quoi qu’il en soit, qui  ne moralise jamais parce qu’il est plein d’humour !
La présence de l’espace blanc permet à l’oeil de circuler entre les différents types de textes et incite à crayonner, d’ajouter notre petite touche…Et pourquoi pas?

Coup de chapeau donc à cette collection qui permettra aux enfants de s’envoler vers l’autonomie avec des histoires drôles et intelligentes, en côtoyant des personnages attachants.

JEFFERSON

C’est vrai, je lis moins de romans jeunesse ces temps-ci, souvent plus attirée par la beauté des albums. Mais le passage de Jean-Claude Mourlevat à Montréal, l’auteur du magnifique Combat d’hiver a  rendu inévitable la lecture de son dernier né: JEFFERSON (Gallimard jeunesse).

Ce texte enlevé, enlevant et plein d’humour, s’adresse aux 9-12 ans. Et ils vont le dévorer! Pourquoi? Parce que dans le genre original du roman-policier-animalier, c’est fabuleusement, astucieusement réussi. L’intrigue bien menée mettra en tension le monde des animaux à celui des humains, deux mondes comme une métaphore qui colore le récit. Et puis, comment résister à Jefferson, ce héros touchant, un hérisson dont la vie bascule alors que tout allait bien ce matin-là, et qu’il se faire couper la houppette par  son coiffeur chéri, Monsieur Edgar, et retrouver  la ravissante Carole chez Défini-Tif.
Action, rythme, humour, émotions. Un cocktail irrésistible.

Mais revenons un peu à l’histoire: d’innocent, Jefferson se retrouve en quelques secondes accusé d’un meurtre horrible. Pour découvrir le véritable coupable, quand toutes les apparences jouent contre vous, le mieux est de faire l’enquête soi-même. C’est pourquoi Gilbert le convainc de prendre la fuite. Gilbert, c’est son acolyte, un cochon, ami de toujours, son complément, son allié, en permanence de bonne humeur. Et voilà, l’aventure est partie, nous entrainant sur des chemins inattendus. Je ne vous dirai d’ailleurs pas par quel moyen Gilbert et Jefferson prennent la fuite, ce serait trahir une idée astucieuse de l’auteur.

Grâce à cette formidable aventure, Jean-Claude Mourlevat soulève la question de notre rapport aux animaux tandis que l’enquête mène vers l’horreur de l’élevage en batterie. Si les animaux découvrent, atterrés, le traitement que les hommes leur infligent, l’auteur se garde de manipuler ses personnages pour faire le procès de qui que ce soit. Il ouvre simplement et avec humour (malgré un tel sujet), les yeux du lecteur.
Ajoutons le goût des détails qui rend l’écriture et  la personnalité des protagonistes plus pétillantes encore. Comme par exemple ce livre que Jefferson aime tant, Seul sur le fleuve, dont le héros Chuck nourrit ses rêveries. Oui, à travers cette aventure mouvementée, Jean-Claude Mourlevat évoque aussi le pouvoir des livres.

Dans ce texte, les doutes, la peur, le risque, les émotions et la solidarité indéfectible des animaux (que nous aimerions humaine), se lisent avec une légèreté parsemée d’humour et de jeux de mots dont on sent l’auteur se délecter. On y ressent son bonheur d’écrire, un bonheur qui nous rappelle la Ballade de Cornebique dont l’auteur se plait à dire qu’il est son texte préféré.

Ajoutons que les illustrations en noir et blanc d’Antoine Rozon rythment joliment le livre.
À recommander sans hésiter en dégustant un plat végan…avec la jolie Carole?

Chez Gallimard jeunesse:
Jefferson – La ballade de Cornebique