JEFFERSON

C’est vrai, je lis moins de romans jeunesse ces temps-ci, souvent plus attirée par la beauté des albums. Mais le passage de Jean-Claude Mourlevat à Montréal, l’auteur du magnifique Combat d’hiver a  rendu inévitable la lecture de son dernier né: JEFFERSON (Gallimard jeunesse).

Ce texte enlevé, enlevant et plein d’humour, s’adresse aux 9-12 ans. Et ils vont le dévorer! Pourquoi? Parce que dans le genre original du roman-policier-animalier, c’est fabuleusement, astucieusement réussi. L’intrigue bien menée mettra en tension le monde des animaux à celui des humains, deux mondes comme une métaphore qui colore le récit. Et puis, comment résister à Jefferson, ce héros touchant, un hérisson dont la vie bascule alors que tout allait bien ce matin-là, et qu’il se faire couper la houppette par  son coiffeur chéri, Monsieur Edgar, et retrouver  la ravissante Carole chez Défini-Tif.
Action, rythme, humour, émotions. Un cocktail irrésistible.

Mais revenons un peu à l’histoire: d’innocent, Jefferson se retrouve en quelques secondes accusé d’un meurtre horrible. Pour découvrir le véritable coupable, quand toutes les apparences jouent contre vous, le mieux est de faire l’enquête soi-même. C’est pourquoi Gilbert le convainc de prendre la fuite. Gilbert, c’est son acolyte, un cochon, ami de toujours, son complément, son allié, en permanence de bonne humeur. Et voilà, l’aventure est partie, nous entrainant sur des chemins inattendus. Je ne vous dirai d’ailleurs pas par quel moyen Gilbert et Jefferson prennent la fuite, ce serait trahir une idée astucieuse de l’auteur.

Grâce à cette formidable aventure, Jean-Claude Mourlevat soulève la question de notre rapport aux animaux tandis que l’enquête mène vers l’horreur de l’élevage en batterie. Si les animaux découvrent, atterrés, le traitement que les hommes leur infligent, l’auteur se garde de manipuler ses personnages pour faire le procès de qui que ce soit. Il ouvre simplement et avec humour (malgré un tel sujet), les yeux du lecteur.
Ajoutons le goût des détails qui rend l’écriture et  la personnalité des protagonistes plus pétillantes encore. Comme par exemple ce livre que Jefferson aime tant, Seul sur le fleuve, dont le héros Chuck nourrit ses rêveries. Oui, à travers cette aventure mouvementée, Jean-Claude Mourlevat évoque aussi le pouvoir des livres.

Dans ce texte, les doutes, la peur, le risque, les émotions et la solidarité indéfectible des animaux (que nous aimerions humaine), se lisent avec une légèreté parsemée d’humour et de jeux de mots dont on sent l’auteur se délecter. On y ressent son bonheur d’écrire, un bonheur qui nous rappelle la Ballade de Cornebique dont l’auteur se plait à dire qu’il est son texte préféré.

Ajoutons que les illustrations en noir et blanc d’Antoine Rozon rythment joliment le livre.
À recommander sans hésiter en dégustant un plat végan…avec la jolie Carole?

Chez Gallimard jeunesse:
Jefferson – La ballade de Cornebique 

VERTE, encore un coup des sorcières!

20 ans séparent la parution du roman VERTE de Marie Desplechin – devenu un incontournable pour les 9-12 ans -, de son adaptation éponyme en bande dessinée avec la connivence de Magali Le Huche.
Verte
transformée d’un coup de baguette magique ! Un coup des sorcières!

Le roman est déjà un régal d’humour à la hauteur des images mentales que fait naitre le texte. La bande dessinée est un régal d’humour pour les yeux et les oreilles puisque les dialogues (souvent respectés dans leur intégralité)  dynamiques et drôles y gardent toute leur saveur.
Magali Le Huche a bien raison de s’appuyer sur cet aspect de l’écriture de Marie Desplechin qui n’a pas hésité à donner à son roman un côté très théâtral. Et qu’est-ce qui est important au théâtre ? Les dialogues, les mots « bruts » échangés entre les personnages.

Magali Le Huche s’est aussi inspirée  d’autres aspects du roman qui met en scène, rappelons-le ici,  Verte, fille et petite fille de sorcières, qui ne souhaite qu’une chose, vivre une vie ordinaire. Sa mère Ursule ne l’entend pas ainsi et demande à Anastabotte (la grand-mère) de l’aider à développer le talent de sorcière de sa fille, qui est d’une « normalité déprimante ». Or la  première chose que demande Verte à sa grand-mère, c’est de retrouver son père. Ursule lui avait pourtant dit : « Que ferions-nous d’un père, tu peux me le dire ? ».

Marie Desplechin décrit ces sorcières dans une vie contemporaine disons, banale : elles habitent des appartements, vont au supermarché, mangent des crêpes… Bon d’accord, Ursule, la maman de Verte, parle de  brouet plutôt que de soupe, mais ce n’est qu’un détail. La bande dessinée respecte cette « normalité » et propose un  décor aux couleurs plutôt pâles pour des personnages si hauts en couleur. Magali Le Huche n’a pas joué la carte clinquante car elle sait bien qu’il serait inutile d’en rajouter.

On se réjouit des dialogues à travers les cases aérées  qui permettent à l’oeil  de voyager facilement d’une vignette à l’autre. De temps en temps, notre regard se pause sur une planche pleine page  où la bédéiste nous permet de savourer pleinement le décor imaginé dans un style légèrement suranné.

Vous l’aurez sans doute compris, la beauté dans tout cela, est que le roman pas n’a pas été trahi. Et la réussite, c’est  qu’en lisant la version bande dessinée, on a franchement envie de  lire ou de relire Verte. Pour des jeunes rébarbatifs à lire des romans, s’emparer de ce texte ne peut provoquer qu’une réconciliation avec la lecture.

Mais il est un autre aspect particulièrement réussi: dans son roman, Marie Desplechin a choisi une structure polyphonique (roman choral) permettant au lecteur de bien comprendre les points de vue et le caractère de chaque personnage. En accord avec l’auteure, Magali Le Huche a pris le parti de créer une adaptation  linéaire. C’est dans cette liberté que la transformation s’est opérée avec bonheur.  Désormais, c’est Verte qui prend la parole en devenant  narratrice.  Le lecteur se tient donc tout près de son héroïne.

« Sorcière tu es née, sorcière tu dois devenir » , affirme Ursule. Être différent, voici un thème qui résonne fort dans le coeur des pré-adolescents. Énormément de sujets sont soulevés tout au long du roman:  l’idée d’avoir une « vie normale », les relations féminines de génération en génération et le rôle de chacune (mère et grand-mère) dans la construction de soi, la place du père, les premières émotions amoureuses, la notion de point de vue.

La sorcellerie est ici sans chapeau pointue ni forêt maléfique. Elle est la petite folie de la vie, le sel et le poivre ajoutés au quotidien pour transformer chaque jour en une grande aventure. Une aventure à faire vivre aux enfants sans plus attendre.

La bonne nouvelle, c’est que que le roman Verte a été suivi de Pome et Mauve. Vous pouvez donc vous régaler de la trilogie.
L’autre bonne nouvelle est que l’adaptation de POME version bande dessinée est en cours.

Découvrez VERTE, la fiche pédagogique formidable sur le site de l’éditeur: http://www.editions-ruedesevres.fr/verte

Acheter VERTE version BD chez Rue de Sèvres, 2017

Acheter les romans VERTEPOME et MAUVE  publiés à l’école des loisirs

 Magali Le Huche raconte son bonheur de travailler à l’adaptation de Verte:

 

Claude et Morino, on s’envole !

Si vous cherchez un récit qui s’envole, avec des situations comiques, de l’inattendu, et des personnages attachants, n’allez pas plus loin, prenez Claude et Morino, l’album d’Adrien Albert publié à l’école des loisirs. Précisons qu’il s’agit plutôt d’une première bande dessinée en 6 chapitres. La page couverture est prometteuse de grandes péripéties et votre jeune lecteur ne sera pas déçu.

C’est d’abord une histoire de rencontre insolite entre Morino, un jeune taureau et Claude, un squelette que Morino réveille en faisant pipi. Je préfère vous laisser découvrir les circonstances exactes de cette rencontre, qui installent le récit dans une atmosphère absurde et comique.

Morino, c’est le personnage tranquille des petites habitudes, qui s’apprête à partir en vacances au bord de la mer. Claude c’est celui qui va bouleverser en deux temps trois mouvements la vie bien rangée de ce dernier. Il est aussi porteur d’une malédiction : « Quand un squelette réveilleras, auprès pour la vie resteras ».
Claude ignore tout de la vie terrestre, mais Morino le taureau en sait-il tellement plus? Il tente de garder son calme en voyant les bêtises que fait le squelette dans sa caravane où il sème la pagaille, mais bientôt tout s’envole. Au sens propre et figuré.
La caravane devient bateau, les affaires de Morino valsent sans dessus dessous, les deux amis manquent de se noyer et Claude se retrouve  en mille morceaux. Les « éléments super puissants se déchainent ».
Oui le récit s’envole autant que les images. Ça bouge, ça roule, ça vole, ça a du rythme tout cela.
Tout semble compliqué et pourtant tout est simple! Et d’aventure en aventure, nous voici plongés dans un univers onirique avec une histoire de fantôme qui sème des vers de Baudelaire.
En plus, la malédiction ne fonctionne même pas. C’est à dire que rien n’explose même s’ils ne sont pas « auprès de ».  En fait, d’une histoire de rencontre c’est devenu une jolie histoire d’amitié.
D’autres aspects m’ont beaucoup séduite : la façon de communiquer de Claude prenant ses précaution avec Morino dans les premiers échanges, « Morino, pourrais-je me faire une tartine? ». Ou  le « coucou terre chérie » que crie Claude, alors sauvé de la tempête. Et quand Morino demande à Claude ce qu’il pense du fantôme : « Vide. Juste un drap et rien sous le drap ». On n’étonne pas un squelette aussi facilement!

La vivacité et l’humour du récit sont en adéquation parfaite avec les illustrations. On se laisse porter par le vent de l’absurde, on est touchés par le besoin qu’ils ont l’un de l’autre. Claude et Morino.
Et après les vacances, Adrien Albert, que se passera-t-il?

Voici l’accès au BONUS : Imprimer et assembler le squelette dessiné par Adrien Albert https://media.ecoledesloisirs.fr/show-bonus-jeu.php?id_bonus=2901

Tiens, pour vous aider à reconstituer Claude le squelette, voici le livre d’une certaine Anaïs Vaugelade, qui peut vous être utile,  Comment fabriquer son grand frère .

 

C’est quoi ?

En observant la page couverture, j’ai d’abord pensé aux « monte-en-l’air » de la vallée des Touim’s de Claude Ponti dans Ma Vallée, pour finalement faire un lien vers La chaise bleue de Claude Boujon, en fin de lecture. Vous allez comprendre pourquoi.

C’est quoi?  est une nouvelle aventure des toutous bien connus de Dorothée de Monfreid (cf. Tout tout sur les toutous, Le plus gros cadeau du monde, Un goûter sur la lune…). Cette fois, ils reçoivent un cadeau de Zaza (on aperçoit quelques lettres de son nom sur le paquet). Curieux, les toutous ont hâte de découvrir ce qu’il y a dans l’emballage. L’excitation de la curiosité est magnifiquement rendue par l’attitude de chacun.  Puis la curiosité fait place à la surprise à la fois pour les toutous, mais aussi pour le lecteur. Cette chose qui n’est autre qu’un grand parapluie rouge, qui, nous le savons, devrait donc servir à s’abriter de la pluie mais voilà que les toutous en font une balançoire…

C’est ce petit jeu qui est intéressant dans cet album très réussi: ce que sait le lecteur et ce qu’imaginent les toutous avec cet objet qu’ils semblent découvrir pour la première fois. De balançoire en piscine, de cabane en cerf-volant, les toutous vont au-delà de notre imagination. Une invitation à expérimenter, s’amuser, réinventer l’utilité d’un tel objet.
Exactement comme Escarbille et Chaboudo le font avec  La chaise bleue qui devient objet de leurs jeux de rôles. La chute, cependant, est différente. Si dans La chaise bleue, un intrus « qui n’a aucune imagination » vient contrarier nos deux comparses qui abandonneront leur chaise au final, ici, dans C’est quoi ?, le groupe des neuf toutous trouve l’utilité leur cadeau. Un cadeau du ciel!

Ajoutons la touche d’humour pétillante typiquement « monfreidienne » et vous aurez un album réjouissant à lire, valorisant inventivité, coopération et plaisir.  C’est l’art des albums réussis: une apparente simplicité et une petite réflexion sur notre capacité naïve à réinventer le monde. Parfait au préscolaire.

Vous voulez mettre l’eau à la bouche des enfants? Alors découvrez plein de toutous dans Tout tout sur les toutous 
Vous souhaitez faire un projet « chien » alors sachez que Dorothée de Monfreid mélange toutes les races de chien, des tout petits aux très gros. Une magnifique occasion d’aller en savoir plus sur ces fidèles amis des humains.

EXPLORER CETTE PÉTILLANTE AUTEURE