Promenade

Dans son album Promenade, l’artiste coréen Jungho Lee rend hommage aux livres et à la littérature, mais surtout à leur capacité à nous faire voyager dans des mondes imaginaires. L’écrivain Bernard Friot en offre une adaptation poétique faisant appel à nos sens et notre empathie.

Dans ce poétique hommage à la lecture, l’auteur invite une petite fille à une lecture-voyage de la vie à travers le livre, mise en scène à chaque page dans une atmosphère mystérieuse aux accents surréalistes.

Livre aile d’avion, livre fenêtre, livre entre les mains d’une statue, livre miroir…Le jeu entre les somptueuses illustrations bleutées et le texte invite le lecteur à comprendre que la vie est un échange d’âme à âme, et que l’art sert cet échange. En regardant une œuvre d’art ou en lisant un texte littéraire, nous sommes invités à être ce personnage du tableau, à vivre les émotions du héros d’un livre. Nous ressentons sa solitude, sa joie ou sa tristesse. Nous avons ce pouvoir d’être l’autre par empathie. Rappelons-nous que le terme ÉMOTION veut dire littéralement « mettre en mouvement ». L’art (que ce soit la littérature ou les arts visuels) nous met en mouvement puisque il provoque chez nous des émotions, des pensées, des réactions.

Les images de l’objet livre chaque fois métamorphosé, évoquent le passage du temps et font référence à d’autres éléments culturels. J’ai pensé au travail de Chris Van Allsburg, j’ai vu un clin d’œil évident au conte du Petit Chaperon Rouge et certaines mises en scènes évoquent l’art d’un Edward Hopper et plus encore du canadien Christopher Pratt.

Conseil pour des enseignants curieux d’exploiter ce livre:
Les phrases posées sous les illustrations à chaque page (comme dans Les mystères d’Harris Burdick  de Chris Van Allsburg) invitent à réfléchir, à échanger. On pourrait considérer ainsi donner l’élan à des conversations entre élèves. Mais vous pourriez aussi offrir ces illustrations afin de leur proposer une création poétique personnelle.

Acheter Promenade

En savoir plus sur Bernard Friot

 

Pff! Ça sert à quoi la poésie?

Personne ne sait/ ce qu’est la poésie/mais personne n’ignore/ qu’elle existe.
(Gérard Le Gouic)

Plutôt qu’une évocation de la rentrée en cette fin de mois d’août, je choisis l’évasion, pour le plaisir de prolonger les instants hors du temps que nous offrent les vacances.

L’évasion c’est ouvrir les barreaux de notre cerveau, laisser aller notre imaginaire au fil des mots, ces mots qui composent une musique et laissent  entrer des milliers d’images inattendues. L’évasion c’est la poésie. Et la poésie est évasion.
Dans cet album de poèmes choisis par Jean-Marie Henry et Alain Serres, Pff! À quoi ça sert, la poésie? (aux éditions Rue du Monde), vous trouverez des réponses qui vous aideront  à mieux comprendre la place de la poésie dans nos vies. Des réponses fournies par les poètes eux-mêmes.
« ça sert à quoi ou à quoi ça sert ? la poésie/ faudrait savoir/ à tout et à rien/ C’est déjà beaucoup. » (extrait du poème À quoi? de Bernard Chambaz).
Ou encore « Je sais que…/ Je sais que la poésie est indispensable/ mais je ne sais pas à quoi » , dit Jean Cocteau avec humour et lucidité.

L’album invite les enfants à poser des questions sur la place et la manière de créer de la poésie.
« Qu’est-ce qui vous a poussé à faire poète? », demande Boris, 8 ans.  » C’est le vent ! Un jour j’ai ouvert ma fenêtre et le vent m’a poussé dans la poésie », répond le poète David Dumortier.

Au fil des pages, classés en trois sections (La poésie est-elle vraiment utile?/ Ça se fabrique comment, un poème?/ Ça sert à être libre, la poésie!), de nombreux poèmes trouveront leur lecteur. On sera attiré par un titre, par le thème du poème ou le paysage de son écriture.
De Carl Norac à Michel Butor, d’Andrée Chédid à Guillevic, nous sommes touchés par leur simplicité, leur générosité à partager leurs rêves.

Laurent Corvaisier vient agrémenter ce bouquet de poésie d’illustrations aux traits colorés qui se promènent dans les pages et apportent douceur, humour, rêve sur les pensées, au-delà des mots.

Je retiens surtout l’immense liberté. Mais pourquoi n’en use-t-on pas plus souvent avec les enfants ? En poésie, je peux marier un poisson à un scarabée,  une étoile à un moineau. Essayez, laissez venir les mots, les images, sentez-vous libres d’écrire. Dans une classe, la poésie  libère l’écriture, elle encourage au « laisser aller », elle stimule l’imaginaire dont il me parait important d’en rappeler la fonction essentielle : Celle de faire de nous des humains.
Ouvrir cet album, c’est questionner notre rapport aux mots, notre capacité de s’émerveiller, et apprécier la chance de pouvoir partager nos rêves grâce à des mots.

Acheter Pff! ça sert à quoi la poésie ?!

Place à l’art !

Très souvent, on me pose la question: Devrait-on donner une place plus importante aux arts? Pourquoi?
La réponse est oui, bien sûr, et pour ce faire, les moyens ne sont pas inatteignables. Car contrairement à ce que pensent certaines personnes, ce domaine appartient à tous et ne devrait pas être réservé aux spécialistes.
Mais revenons au pourquoi?

Les arts visuels impliquent la question du regard. Différencier VOIR ET REGARDER (comme entendre/écouter) est un débat passionnant à lancer avec les enfants.
Regardez cette photo vue du ciel: rose, une forme arrondie, mais en regardant de plus près, ce sont des oiseaux, des millions de flamants roses sur la mer.
Les idées de voir et regarder peuvent aussi être mises en lien avec la lecture. Quand nous lisons un livre ou quand nous écoutons une histoire, nous voyons INTÉRIEUREMENT ce qui se déroule.

Ensuite, au-delà de ce que l’on peut décrire, l’image renvoie au monde du visible et à celui de l’invisible.

Je « vois » sur ce tableau des couleurs, des coups de couteau ou de brosse qui ont appliqué la couleur, mais l’œuvre exprime une force, une émotion, des sentiments non palpables. Que pense cette femme ? Qui regarde-t-elle? Où est-elle?
Tout comme je l’explique souvent aux enfants : la première fois que je rencontre une personne, je peux décrire son apparence mais je ne la connais pas encore…
Jean-Paul Riopelle disait que pour lui il n’y avait pas d’art abstrait. Derrière ses œuvres dites « abstraites » il y a une intention, une pensée…

L’art amène au partage. En regardant ensemble une œuvre, nous réagissons différemment, nous comprenons que chacun « voit » les choses différemment. Ainsi dans une classe, nous développons de l’empathie en acceptant ces différences. Cela nourrit des débats tout à fait intéressants dans lesquels même les plus timides prennent la parole.

Bien sûr, l’aspect culturel de l’art n’est pas négligeable. Une œuvre oblige à plonger dans le temps et l’espace: codes sociaux des vêtements, architectures, paysages, objets, …Tous les indices que nous cherchons avec les enfants  permettent un enrichissement culturel. Au-delà, le monde de l’art leur offre des points de repère dans l’histoire de l’humanité.

L’art enrichit l’imaginaire. C’est peut-être banal mais l’effet que produit une œuvre sur nous provoque toujours des pensées  inattendues. Pourquoi ? Parce qu’en chaque œuvre il y a un potentiel narratif. Et en chaque personne un vécu différent qui lui fait écho. C’est ce que je me suis amusée à démontrer dans mes livres en racontant des histoires dans des tableaux abstraits (Le petit canoë, La fête de Chapultepec…)

Dernier point et non des moindres, l’art est naturellement en  lien avec la littérature jeunesse. Cette littérature illustrée que les enfants côtoient depuis leur plus jeune âge reflète des techniques, des courants, des influences du monde de l’art. De plus, comme vous le savez, certains auteurs jeunesse (Anthony Browne, Stéphane Poulin, Claude Ponti…) font clairement allusion à des artistes célèbres. Sans compter les éditeurs qui proposent aujourd’hui des livres dont la puissance artistique et plastique en font de véritables œuvres d’art grâce à l’ingéniosité de la création papier (cf. Les livres pop-up des éditions Les Grandes Personnes par exemple).
Pour « lancer » la rentrée, je participerai au congrès qui aura lieu cette semaine à Laval, PEDAGOFEST. J’y donnerai deux ateliers autour du livre Riopelle l’artiste magicien et m’entretiendrai le 15 au midi littéraire en compagnie de Dominique Demers. Au plaisir de vous y rencontrer !

La force tranquille des tout-petits

Pour cette chronique, j’ai mis en lien deux albums qui disent bien la force et la ténacité des tout petits quand ils se sentent assez aimés et confiants pour prendre la liberté de s’exprimer.

Commençons par l’album d’Audrey Poussier,  Tout le monde dort?, sur le thème classique du dodo. C’est un moment crucial que l’heure de se coucher. On ferait tout pour résister au sommeil et éviter d’être laissé seul dans le noir. Certains enfants sont très rusés pour prolonger la journée. Certains adultes aussi :))
C’est le cas de notre petit bonhomme ici, qui  pose des tas de questions à sa très patiente et tendre maman. Elle répond à son « petit cœur », son « poussin », son « lapin » avec poésie,  sur le dodo des fleurs, le dodo des ânes des grands-parents, le dodo du soleil et de la lune.

Au fil des pages, les questions nous entrainent de plus en plus loin et témoignent du mystère du jour et de la nuit qui fascine l’enfant. Audrey Poussier déploie sur la page de droite, des illustrations qui témoignent de l’univers poétique et onirique qui se crée entre le petit et sa maman. Une curiosité que jamais la maman ne freine. Elle trouve des réponses à tout, mais c’est assez épuisant!
Avec humour, les vignettes sous les dialogues (en page de gauche) montrent l’avancée du sommeil auquel succombera, vous l’aurez deviné, …la maman.
J’ai retrouvé avec bonheur dans cette histoire la poésie d’un de ses premiers albums Ma première nuit dehors. L’ imaginaire soufflé par les réponses de la maman, prend corps dans la tête de l’enfant pour qui le monde en construction est parfois absurde et abstrait. En jouant sur les échelles des choses représentées, sur la personnification des astres, Audrey Poussier nous offre ici un véritable BIJOU pour l’heure du coucher. D’autant plus que l’histoire se termine dans la projection du matin qui renaitra. C’est rassurant.

Dès l’âge de l’école, confrontés aux autres, nous devons parfois refreiner nos élans spontanés. L’orage de Frédéric Stehr raconte la confiance qu’il faut se donner à soi-même pour affronter le regard des autres.
C’est jour d’orage. Pas de gymnastique dehors. « Nous allons faire de la danse » dit la maitresse. Et chacun des oisillons de mettre ses petits chaussons de gymnastique. Si vous avez le sens de l’observation, vous constaterez qu’un oisillon (Piou-Piou) ne met pas les mêmes chaussons que les autres. Et plus encore…
Adorables, les expressions et l’enthousiasme de tous à l’idée de cette activité inattendue. Lorsque Piou-Piou indique à la maitresse qu’elle sait déjà danser, cette dernière l’invite à faire une démonstration. Mais danser sur les pointes avec un tutu, comme dans le lac des cygnes, lui attire aussitôt moqueries et quolibets. « C’est pas comme ça qu’on danse » et la maitresse, absorbée par son appareil à musique, n’y prête pas attention puis invite chacun à venir danser. Personne ne se préoccupe plus de Piou-Piou que l’on voit quitter la salle de classe tête basse, tandis que la maitresse se laisse totalement déborder  par les danses de chacun bougeant les fesses, les pieds ou sautant très haut.
Mais où est passée Piou-Piou ?
Piou-Piou, elle, danse sous la pluie. Seule, elle poursuit son art. Et en un clin d’œil devient l’admiration de tous. Alors finalement « expression libre ! » annonce la maitresse à tous ses oisillons. On en voit même qui tentent d’imiter Piou-Piou sous la pluie…
Avec subtilité, Frédéric Stehr indique la voie à suivre à celles ou ceux qui n’auraient pas assez confiance en leurs talents. Ses illustrations pleines pages permettent au lecteur d’être dans la classe ou dans la cour. Les attitudes expressives laissent deviner les personnalités de chacun.
Un album tout en douceur qui exprime avec grâce la force tranquille d’un tout petit.