Pokko et le tambour poco a poco

Le premier album jeunesse de Matthew Forsythe pour le texte et les illustrations, Pokko et le tambour  (publié aux éditions Comme des géants), fonctionne au rythme des roulements de tambour et à la fièvre d’une passion qui s’avèrera un véritable talent.

« La plus grave erreur que les parents de Pokko aient jamais commise fut de lui offrir un tambour. » Cette entrée dans l’histoire  lance la dynamique du récit. Le point de vue est drôle et intriguant pour les enfants qui ont rarement l’habitude que l’on mette l’accent sur les erreurs des parents dans les livres.
Autre élément qui donne un ton particulier au récit : la vision des parents diverge. Le papa râle tout le temps parce que Pokko fait trop de vacarme avec son tambour, alors que la maman, le nez dans ses livres, est plutôt sensible à l’enthousiasme de son enfant. Pour elle, ce que son mari considère comme une « grave erreur » est au contraire une « merveilleuse idée ».
Certes, ce tambour n’est ni leur premier cadeau, ni leur première erreur. Les illustrations évoquent bien d’autres « erreurs » et leurs conséquences, avec humour.

Dans cette famille où le papa cuisine et la maman lit à en devenir sourde au reste du monde, Pokko manifesterait-elle un petit déficit d’attention pour taper autant sur son instrument ?  Y a-t-il un espace à combler par le battement du tambour qui peut remplacer celui du cœur ?
Car s’ils renouvellent leurs cadeaux, les parents ne sont pas très chaleureux. Son papa préfèrerait qu’elle fasse un peu plus profil bas. « Nous ne sommes qu’une modeste famille habitant un champignon. »
En encourageant Pokko  à partir se promener, il deviendra témoin sans le vouloir de l’épanouissement du talent de sa fille. Car seule dans le silence de la forêt, dans « trop » de silence, l’envie de jouer du tambour monte et monte encore. Les roulements attirent d’autres musiciens peu à peu. Pokko s’affirme et trouve sa place, entraînant dans son sillage tous les animaux, même le loup qu’elle met au pas.
Les parents, un peu dépassés par les évènements, se rendront  à l’évidence. Pokko a du talent !

 

 

 

 

Le talent graphique de Matthew Forsythe est indéniable. Il sait raconter une histoire par l’écriture et le dessin dans une belle magie du lien entre les deux. Ses illustrations apportent un élément que le texte retient, celui de l’humour. La dernière scène, celle où les parents sont portés par-dessus la foule en restant impassibles (le papa garde sa cuillère à la main et la maman son livre) est une belle trouvaille.
Cet effet comique est sans doute renforcé par l’expression des deux crapauds, dont les larges bouches s’étirent sans vraiment sourire.
Les couleurs posées à l’aquarelle, à la gouache et aux crayons de couleur ont un ton automnal qui sied bien à la forêt.
Quant à la lumière (on dirait presque que la végétation a des ampoules électriques!), aux plans et arrière-plans des scènes qui se déroulent entre les pages, tout cela concourt à plonger le lecteur dans un univers très théâtral. Oui, le rythme des scènes pourraient bien se retrouver sur les planches.

Le talent de Pokko qui se révèle poco à poco est à la hauteur de celui de son créateur.