Appuyez sur Entrée pour voir vos résultats ou Echap pour annuler.

Desperado, aventure au Far West

Nous voici dans l’Ouest américain, une contrée où chacun fait sa loi, même par amour. C’est plein d’action, d’humour, de méchants bandits un peu bêtes avec des fusils et pourtant, …c’est une journée d’école ordinaire pour Roy. Encore un bon coup d’un auteur allemand qui publie pour les plus jeunes, Ole Könnecke, auteur de la série des Anton  (Anton et les filles, Anton et les raboie-joie), ou de Vive le sport, un imagier au ton dynamique et comique). Une dose de Lucky Luke, un soupçon de vieux westerns en noir et blanc et c’est parti pour l’aventure.

Desperado, c’est le nom du cheval de Roy. La page couverture le met en scène fièrement dans un paysage qui ressemble à s’y méprendre au désert aride de Monument Valley, un site extraordinaire coincé entre l’Arizona et l’Utah.
Sur fond de ciel bleu, entre quelques cactus géants, Roy et son cheval nous saluent. Ils sont prêts pour une belle journée d’école. Et, au cas où ils en auraient besoin, le lasso est bien enroulé à la selle. 

Ole Könnecke raconte une histoire pleine de rebondissements dans un décor qui répond aux codes du Far West (cactus, désert, chevaux, gros caïds, vautours…). L’humour décalé et naïf de l’auteur donne encore plus de vie aux personnages. Il joue dans l’illustration à théâtraliser les actions, les rendant comiques et expressives.

Bien qu’il n’y ait aucun lien esthétique, j’ai pensé un peu à l’esprit du guignol dans la spontaneité, le jeu scénique entre les personnages et le lecteur. J’imagine aisément les enfants crier « Attention ! il est là ! » ou applaudir de joie devant Heidi libérée par Desperado et Roy.

Mais reprenons. C’est une journée ordinaire. Roy enfourche Desperado pour se rendre à l’école. Une école qui ressemble à toutes les écoles du monde avec une enseignante (Heidi) et des enfants qui courent et jouent dans une aire de jeux. Au loin, une diligence passe. Or un matin, Roy et Desperado arrivent en retard et constatent que tout est cassé. Heidi n’est pas là. Barbe Noire l’a enlevée pour l’épouser. Mais la force ne fait pas loi en amour.

Si Roy retrouve la trace de Barbe Noire et de ses acolytes qui ont kidnappé Heidi, c’est Desperado qui réussit un tour de force INCROYABLE et COURAGEUX pour la sauver ! La scène est comique et la victoire plus que glorieuse. Quel soulagement ! Les enfants retrouvent leur professeure car c’est ça l’important, qu’ Heidi soit sauvée et revienne à l’école. Roy et Desperado peuvent en tirer une grande fierté.

Pour raconter, pas d’effets spéciaux. Un dessin sûr, le trait efficace, une mise en scène rythmée qui suit la narration dans une économie de couleurs rappelant l’esprit des vieux films en noir et blanc. Seul le rouge se remarque sur certains personnages mais attention, pas n’importe lesquels. La couleur est reliée aux « gentils » : la robe d’Heidi, le bouquet de fleurs, la chemise de Roy, la crinière de Desperado. Car le véritable héros de ce western pour tout-petits c’est Desperado ! 
Et en cowboy solitaire, le soir venu, Roy chevauchant Desperado rentre à la maison après une journée d’école presque ordinaire. Et tout ça pour une histoire d’amour ! 

Pour info : Desperado, c’est aussi le titre d’un film americano-mexicain de 1995 et d’une chanson célèbre des Eagles reprise au Canada par Diana Krall.
Le mot est la déformation du mot espagnol desesperado, qui veut dire au fond, un hors-la-loi, quelqu’un de prêt à tout.

Découvrir Ole O Könnecke

https://www.ecoledesloisirs.fr/auteur/ole-konnecke